La personne présentant ce syndrome choisit un isolement social aussi grand qu’il lui est possible ; elle en arrive à vivre presque recluse chez elle, n’ayant dès lors plus autant de raisons d’entretenir son logement et se désintéressant en même temps, à un degré plus ou moins grand, de son hygiène personnelle